Équipe de Recherche sur le Travail et la Santé Mentale » Projet IRSC-FRSQ 2007-2015 : Développer de meilleurs diagnostics, interventions et politiques en santé mentale au travail : une approche multidisciplinaire
1 514-343-6111 p 3686      Français
English

Le projet Le modèle de recherche Le modèle d’intervention

Chercheur principal : Alain Marchand

Co-chercheurs : Andrée Demers, Pierre Durand, Victor Haines, Steve Harvey, Sonia Lupien, Marie-Hélène Parizeau, Vincent Rousseau Marcel Simard, Scott MacDonald

Partenaire: Standard Life Canada

Organismes subventionnaires: Instituts de Recherche en Santé du Canada (IRSC) et Fonds de la Recherche en Santé du Québec (FRSQ)

Ces dernières années, les problèmes de santé mentale au travail sont devenus de plus en plus préoccupants. Ils représentent une des causes importantes d’absentéisme et par conséquent constitue un coût humain et financier autant pour les employés que pour l’entreprise et la société. Ce projet de recherche, mené au Québec et en partenariat avec la compagnie d’assurances Standard Life, vise à développer de nouveaux outils de détection précoce des problèmes de santé mentale au travail dont la détresse psychologique, l’épuisement professionnel et la dépression mais aussi à évaluer l’efficacité des pratiques en gestion des ressources humaines déjà mises en place dans les organisations et qui visent la réduction des problèmes de santé mentale des travailleurs. Ces nouveaux outils ainsi que les interventions développées représentent pour le futur un avantage pour les employés qui seront détectés plus tôt et pour les entreprises qui mettront en œuvre une meilleure prévention des problèmes de santé mentale en milieu de travail. Différents types d’outils seront testés pour voir lesquels sont les plus efficaces dans le cas de la détection de la détresse, de l’épuisement professionnel ou de la dépression et chez les travailleurs et travailleuses. Plusieurs interventions seront aussi analysées pour voir lesquelles sont les plus efficaces pour réduire les risques spécifiques aux problèmes de santé mentale de la main-d’œuvre.

Le projet comprend deux phases complémentaires :

  • Le développement d’un modèle explicatif élargi de la santé mentale au travail, qui comprend les facteurs de risque au travail et hors travail, leur interaction, ainsi que leur incorporation à la physiologie (cortisol et alpha-amylase) de l’individu
  • L’expérimentation, l’évaluation et la diffusion de pratiques organisationnelles saines dérivées d’interventions pratiques.

Les objectifs spécifiques de la Phase 1 sont :

  • Examiner l’association entre les mesures auto-rapportées de santé mentale (détresse, épuisement professionnel, dépression) et le taux d’incidence en invalidité de courte et longue durée pour de tels problèmes;
  • Examiner l’association entre les mesures auto-rapportées de santé mentale, et les mesures physiologiques (cortisol et l’alpha-amylase);
  • Étudier comment les facteurs du travail et ceux hors travail (famille, réseaux sociaux, communauté) interagissent avec le genre, les traits psychologiques, les cycles de vie et les événements de vie majeurs dans l’explication de la santé mentale auto-rapportée et ses manifestations physiologiques;
  • Évaluer la capacité de prédiction des problèmes de santé mentale auto-rapportés qu’offre les mesures physiologiques, et comment celles-ci peuvent être utilisés comme outils diagnostics précoces pour ces problèmes;
  • Analyser les pratiques organisationnelles distinguant les entreprises afin d’en dégager des pratiques exemplaires.

L’atteinte de ces objectifs s’appuiera sur une enquête auprès d’un échantillon stratifié de 60 firmes québécoises et 3000 travailleurs déterminé en collaboration avec Standard Life. Sur la base des taux d’incidence en invalidité de courte et longue durée sur une période de trois ans, ces entreprises seront classées en deux strates de 30 firmes (taux élevé/bas d’incidence). Les questionnaires seront administrés aux employés et aux cadres supérieurs et entre 30 à 150 travailleurs seront sélectionnés par firmes. Pour chaque strate, les données physiologiques seront recueillies auprès d’un sous-échantillon aléatoire de 15 firmes, pour un total de 30 firmes étudiées. Le but est de générer des échantillons de salives sur un échantillon aléatoire de 450 travailleurs (15 travailleurs par firmes, 225 par strate). Les travailleurs seront suivis dans le temps pour évaluer 1)l’impact de changement dans les facteurs du travail et hors-travail sur les mesures physiologiques (cortisol et alpha-amylase) et les symptômes de santé mentale; 2) comment cette dynamique se module considérant le genre, les traits psychologiques, les cycles de vie et les événements de vie majeurs.

Les objectifs spécifiques de la Phase 2 sont :

  • Évaluer l’efficacité des pratiques organisationnelles préventives en vigueur dans 6 des 12 firmes participantes;
  • Concevoir et implanter en collaboration avec les acteurs locaux des interventions réduisant des risques spécifiques pour la santé mentale dans les 6 autres firmes;
  • Évaluer le processus d’implantation de ces interventions afin d’en maximiser l’efficacité;
  • Évaluer l’efficacité (résultats) de ces interventions sur la perceptions des stresseurs, les paramètres physiologiques du stress et la santé mentale des participants, et les coûts et les avantages de ces interventions.

Un échantillon de 12 firmes (sondées à la Phase 1) seront choisies sur la base des scores agrégés de santé mentale (taux d’incidence en invalidité de courte et longue durée, détresse psychologique, épuisement professionnel, dépression). Pour les 6 firmes dites performantes, des études de cas seront menées sur les pratiques expliquant la présence d’états de santé supérieurs. Pour les 6 autres firmes, des interventions adaptées seront pratiquées suivant un devis avant-après afin d’en évaluer les changements opérés sur l’état de santé mentale auto-rapporté et ses signes physiologiques (cortisol et alpha-amylase).

Volet en développement

Le volet en développement comprend trois projets visant l’étude des problèmes de comorbidité s’associant aux problèmes de santé mentale au travail. Les deux premiers projets s’appuient sur l’analyse des données recueillies dans le projet en cours (Standard Life). Le premier projet examine la comorbidité associée à l’abus d’alcool et de psychotropes, et le second projet examine la comorbidité associée aux autres problèmes de santé physique. Le troisième projet est mené en collaboration une la clinique orthopédique traitant des travailleurs aux prises avec des problèmes musculosquelettiques chroniques.